AICAF participe au 2e Grand Rendez-Vous Annuel de “La vie robomobile”

Lancé en mai 2017 par le Ministère Français de la Transition Ecologique et Solidaire, Ministère en charge des transports, l’Atelier prospectif « La vie robomobile » est un lieu ouvert de questionnements, de débats et de co-exploration des changements tous azimuts qui seraient liés à l’émergence de la robomobilité. Le projet est d’éclairer les choix à long terme des acteurs publics comme privés, en France et à l’international. Le second Grand Rendez-vous annuel de l’Atelier prospectif “la vie robomobile” a eu lieu le 28 juin 2019 à Marne-la-Vallée. Il vise à croiser différentes approches et réflexions à l’international qui interrogent les mêmes horizons.

En ouverture de la journée, cinq témoins représentant 5 pays différents (Chine, Brésil, Australie, Corée du sud, Afriques) ont fait le point sur la situation dans leur pays respectif en matière de robomobilité. Sur l’invitation du comité d’organisation de la conférence, M. Shanjin Wang, président de l’Association des Ingénieurs Chinois de l’Automobile en France a eu l’honneur de présenter le développement des véhicules autonomes en Chine.

La Chine est le premier marché automobile au monde et leader mondial des véhicules électriques. En 2018, le marché chinois représente plus de la moitié des véhicules électriques vendus dans le monde. La Chine a naturellement une ambition forte dans le domaine des véhicules autonomes: devenir leader mondial du marché des véhicules intelligents et connectés et via ce levier effacer  le retard technologique en véhicules conventionnels, au moins en partie.

Les objectifs définis par le gouvernement sont :

  • En 2020: niveau 1 à 3 sur 50% des véhicules neufs ;
  • En 2025: niveau 1 à 3 sur 80% des véhicules neufs ;
  • En 2030 : niveau 1 à 3 sur 100% des véhicules neufs, niveau 4 ou 5 sur 10% des véhicules neufs.

 

La technologie de conduite autonome sera appliquée en priorité sur les catégories de véhicule suivantes:

  • Robots-taxis. Les robots-taxis permettraient non seulement de réduire les coûts mais aussi de mieux organiser les circulations dans les villes. L’objectif du gouvernement est de réduire le parc de véhicules en circulation en optimisant les transports communs, donc réduire les embouteillages et aussi réduire les émissions de CO2 et de polluants.

 

  • Camions autonomes, notamment les camions en zones portuaires et en chantiers de mine. Sur ces véhicules, la conduite autonome présente des avantages évidents. D’abord avantage économique, car le prix du système est faible par rapport au prix du camion, ensuite simplicité technique, car les zones de circulation sont fermées, en tout cas beaucoup plus simples. Côté volume, environ 3.5 millions de camions sont vendus en Chine chaque année, dont une petite moitié concerne les poids lourds, c’est donc un secteur de marché très important.

 

En plus de la forte volonté des autorités, la Chine dispose de réels atouts en matière de conduite autonome : la présence de tous les constructeurs mondiaux et de nombreux constructeurs automobiles chinois, la participation très active des géants internet tels que Baidu, Alibaba, Tencent, JD.com et Didi qui disposent de puissants moyens financiers et ont chacun des projets ambitieux en conduite autonome.

Prenons l’exemple de Baidu, le moteur de recherche, rival chinois de Google. Baidu est considéré comme le leader en conduite autonome et fait la course en tête en Chine. Son système de conduite autonome est publié en open source (gratuit et libre de droit) via la plateforme Apollo. Données cartographiques, moteurs d’intelligence artificielle et environnement de simulation permettent aux entreprises tierces d’optimiser leurs algorithmes de conduite autonome.

L’entreprise a lancé en 2017 un immense fonds d’investissement doté de 1,3 milliards d’euro. Ce programme vise à financer les start-ups innovantes dans le domaine de la conduite autonome. Une stratégie globale qui attire le monde entier : les constructeurs automobiles Daimler, Ford, Volvo ont déjà rejoint la plateforme Apollo et testent leurs véhicules sur les routes chinoises, sans parler des constructeurs chinois. La mise en production de véhicules autonomes de niveau 4 devrait intervenir dès 2021 en partenariat avec le constructeur automobile chinois BAIC.

En Juillet 2018: Baidu a démarré la production en série du premier minibus autonome de Chine, sans conducteur, en partenariat avec un constructeur automobile.

Autre indicateur : sur la ville de Beijing, Baidu a effectué des essais de conduite autonome en 2018 sur 45 véhicules, avec une distance cumulée d’environ 140 000 Km, loin devant le 2ème acteur : Pony.ai qui est une jeune start-up spécialisée en conduite autonome.

Autre atout: l’avance des groupes télécoms chinois (Huawei, ZTE) dans la 5G, l’internet mobile ultra-rapide indispensable aux voitures autonomes. La commercialisation du réseau 5G va démarrer dès 2019, d’abord dans quelques villes, puis sur l’ensemble du territoire en 2025.

En plus des atouts ci-dessus, Shanjin Wang a également présenté des facteurs spécifiques en Chine. Certains sont favorables au développement des véhicules autonomes :

  • La concurrence entre les provinces et grandes villes qui les poussent à faire des efforts pour attirer les entreprises de conduite autonome. Par exemple, la ville de Beijing a ouvert 44 routes sur une distance totale de 123 Km pour les essais de conduite autonome ;
  • Un cadre législatif souple, permettant d’avoir plus de facilité d’accès aux données nécessaires pour alimenter les algorithmes ;
  • Les acheteurs d’automobiles sont majoritairement jeunes. Ils sont ouverts et bien préparés aux nouvelles technologies.

 

Cependant, il y a aussi des facteurs spécifiques défavorables pour le développement de la conduite autonome, notamment :

  • Des retards en technologie de hardware : micro-processeurs, capteurs de précision, etc ;
  • La grande intensité de la population, notamment dans des mégalopoles ;
  • Des villes engorgées à la circulation chaotique.

 

Quels que soient les défis à relever, une chose est sûre : la Chine est le 1er marché automobile au monde et elle sera le 1er marché mondial en conduite autonome.

A la fin de cette séance de « vision internationale », un sondage a été réalisé en ligne dans la salle de conférence. La présentation de Shanjin Wang sur la Chine a reçu le meilleur score en termes de l’impact sur les auditeurs.

 

Leave a Reply